La majorité des entreprises du CAC 40 et des ETI annoncent que leur plan d’optimisation des coûts a réussi et en préparent un nouveau pour 2017.

P pouyanne
Edito de José-Marie Jaeger – ABV Group
- 29/09/2016
Patrick Pouyanné, le PDG de TOTAL, lors d’une intervention récente au club d’Associés en Finance, a déclaré que TOTAL ne maîtrisant pas les prix du pétrole, le groupe en conséquence se concentrait sur la génération de cash, notamment grâce à l’optimisation des coûts . Cette politique a permis de sortir l’un des meilleurs résultats parmi les majors, d’impliquer tout le personnel sans réduction d’effectifs, de conserver les compétences pour l’avenir dans cette industrie cyclique, et de continuer à investir...

Le témoignage du Président de TOTAL reflète bien les commentaires des entreprises lorsqu’elles présentent leurs résultats aux analystes financiers. Il est symptomatique de constater que la majorité des entreprises a mis en place des plans de réduction de coûts. Elles déclarent que leur plan de réduction des coûts a contribué à l’amélioration de leur résultat et, le plus souvent, annoncent un nouveau plan pour le prochain exercice. Elles cherchent à abaisser en permanence leur point mort pour maintenir la compétitivité.

 

Si la taille de TOTAL lui permet de s’adapter et de passer la crise avec succès, ce n’est pas le cas pour les entreprises de tailles intermédiaires qui doivent être constamment attentives à leurs ressources financières. Le cash, c’est le nerf de la guerre économique ! Grâce au cash, l’entreprise pourra continuer à investir, innover, se développer quels que soient sa taille, son secteur industriel ou sa zone géographique. L’évolution de la concurrence, des techniques ou des innovations, sans parler de l’uberisation, oblige les entreprises à s’adapter en permanence pour être compétitives.

 

Parmi les solutions disponibles pour améliorer le résultat et générer du cash dans les ETI, chacun pense développement du chiffre d’affaires et innovation. Or la réduction des coûts est l’outil de gestion immédiatement disponible qui peut être mis en œuvre sans délai. Ce n’est pas la panacée, mais c’est terriblement efficace.

 

Dans le plan de développement, l’optimisation des coûts doit s’intégrer aux actions en cours et contribuer à leur réussite qu’il s’agisse d’améliorer le cash, la compétitivité, les processus, la productivité, de réduire les frais généraux, etc. Le plan d’optimisation de coûts n’est pas une opération de cost-killing, mais plutôt l’occasion de faire participer les équipes et revoir les chaînes de valeur pour intégrer optimisation des coûts, des processus, d’identifier les opportunités, mais aussi les risques. C’est l’occasion de sortir de l’urgence, de comparer, de partager et de décider.

 

Il est intéressant de noter que toutes les études récentes auprès des DAF mettent en valeur leur souci d’améliorer la marge et de faire des réductions de coûts. L’étude publiée récemment par Ricol Lasteyrie confirme que si les entreprises du CAC 40 ont ralenti leur développement, elles ont « une situation financière très saine et ont préservé leur « trésor de guerre » gage de réactivité pour de futures opérations ».

 

Dans ces temps incertains, l’optimisation des coûts reste incontournable pour les entreprises du CAC 40 et les ETI. En cette période de préparation budgétaire, il est bon de revenir aux basiques.

 

JM JAEGER

Dirigeant d’ABV Group

 

ABV Group conseille et accompagne les entreprises dans le management stratégique des coûts. Il étudie en particulier les risques et opportunités des obligations déclaratives, sociales, fiscales et parafiscales

Contactez-nous


Lire la suite